Climat : l'ouest des Etats-Unis face à une sécheresse historique

Regis CREPET
Par Regis CREPET, Météorologue
Climat : l'ouest des Etats-Unis face à une sécheresse historique
Crédit : La Chaîne Météo
Depuis la fin du mois de mai, les très fortes chaleurs sont récurrentes sur le sud-ouest des Etats-Unis, en particulier en Californie. Cela accroît la sécheresse, faisant redouter un été historique sur cette partie du continent.

Les sécheresses font partie du climat californien et des Etats voisins, Arizona et Nevada. Même les villes côtières subissent un climat chaud et sec en été. Ces alternances de sécheresse sont donc naturelles, la dernière datant des années 2011 à 2016 : ce fut la plus longue depuis le début des relevés. Mais, depuis ce printemps, les fortes chaleurs précoces et la diminution des précipitations laissent craindre un été torride et dévastateur pour l’agriculture, et font planer le spectre de gigantesques incendies de forêt.

Une situation déjà critique en ce début d’été

La saison chaude ne fait que commencer et pourtant, dès la fin du mois de mai, le déficit des précipitations s’est fait sentir avec de fortes chaleurs précoces et de nombreux records pour la saison (43°C à El Paso et 47,8°C à Phoenix par exemple). Le déficit de pluie pour le mois de mai était déjà de près de 90% en Californie. La gestion de l’eau étant un enjeu économique crucial pour ces Etats du sud-ouest, des mesures de restriction préventives ont été prises très tôt. Le niveau des lacs réservoirs et des barrages étant en baisse sévère, la production d’électricité est menacée avec des risques de coupure, alors que les climatiseurs tournent à plein régime. L’approvisionnement en eau des dizaines de millions d’habitants pourrait devenir problématique alors que nous ne sommes qu’au début de l’été. Le secteur de l’arboriculture, très gourmand en eau, est également menacé, à tel point que des exploitants ont dû arracher des milliers d’amandiers faute de pouvoir les arroser, ces arbres nécessitant une forte irrigation. La production d’oranges et de pêches pourrait subir le même sort.

Des lacs et des barrages à sec

Dans ce contexte, les neiges de la Sierra Nevada ont fondu de façon précoce. Les eaux de fonte sont censées soutenir l’étiage des réservoirs en début d’été, mais cette année, cette eau s’est déjà évaporée. Sans pluie, le niveau des lacs réservoirs et des grands barrages atteignent déjà des niveau records. Le lac Mead, créé en 1930, atteint son plus bas niveau depuis sa construction, alors qu’il doit fournir de l’eau à des millions d’habitants du Nevada, Californie, Arizona et Nouveau Mexique. De même, le très touristique lac Powell a perdu 20 mètres d’eau, atteignant son plus bas niveau depuis sa création en 1960. Selon le centre météorologique national de Californie, 33% de la superficie de l’Etat est en « sécheresse exceptionnelle », tandis que 85% est en « sécheresse extrême ».

Outre ce manque d’eau qui laisse planer le spectre d’un été très difficile, la Californie doit vivre désormais sous la menace de gigantesques incendies de forêt, dont certains, encore localisés, commencent déjà à se produire. La végétation desséchée pourra s’embraser facilement tandis que les pompiers risquent de manquer d’eau pour les éteindre, comme ce fut le cas lors des incendies historiques de l’automne 2020.

Un phénomène en cause : la Nina

Actualités Etranger
Crédit : La Chaîne Météo

Le processus climatique conduisant à cette nouvelle sécheresse est identifié : il s’agit de la Nina, cette anomalie fraîche des eaux de l’océan Pacifique tropical, qui empêche la formation des perturbations et des nuages porteurs de pluie et favorise la persistance d’un vaste anticyclone, synonyme de temps sec. A l’inverse, le phénomène El Nino provoque des pluies intenses, ce qui avait interrompu la dernière sécheresse des années 2010. De plus, toujours en relation avec la Nina, une masse d’eau plus chaude que la normale a été repoussé au nord-est du Pacifique, ce qui entretient des températures globales plus élevées que la norme jusqu’en Alaska. Toute la côte ouest Américaine est donc confrontée à ces deux paramètres : sécheresse et chaleur. Le cercle vicieux est donc enclenché : la sécheresse des sols ne permet plus l’évaporation et la chaleur s’accentue, laquelle contribue à dessécher davantage les sols et la végétation.

On remarque également que ce contexte climatique lié à la Nina perturbe la circulation du jet Stream, ces grands vents d’ouest circulant en haute altitude autour de la planète. En été, le jet est plus lent qu’en hiver, mais il adopte également une circulation ondulatoire, formant des méandres. Cette circulation affecte d’ailleurs tout l’hémisphère nord, aboutissant à cette alternance, bien visible sur la carte, d’anomalies chaudes et d’anomalies fraîches, en fonction de l’orientation des vents. Du coté de l’ouest américain, le méandre chaud du jet Stream est bloqué, à l’image de ce qui se passe aussi en Russie. Il est possible, selon certaines études (1), que ce comportement en méandres du Jet Stream soit une des conséquences du réchauffement climatique.

Actualités Etranger
Crédit : La Chaîne Météo

Les prévisions météorologiques à court terme ne sont pas rassurantes : la vague de chaleur s’intensifie actuellement à tel point que l’on attend de nouveaux records de chaleur ces prochains jours au niveau de l’Oregon, au nord de la Californie. Des températures atteignant 40°C sont attendues jusqu'en Colombie-Britannique, dont Vancouver (Canada) pourrait connaître sa plus forte canicule de notre époque. L’énorme anticyclone et son dôme de chaleur se maintient le long de la côte ouest, empêchant le passage des perturbations. Les prévisions à plus long terme pour l’été modélisent toujours la persistance de la sécheresse et des fortes chaleurs jusqu’au mois de septembre.

En conclusion, on retient que la Californie est confrontée à une sécheresse historique, peut-être l’une des plus sévères depuis 1200 ans, selon la paléoclimatologue Kathleen Johnson, de l’Université de Californie à Irvine. Face à cela, l’agriculture intensive aggrave la situation avec une irrigation massive qui assèche les lacs et les nappes phréatiques. Enfin, le réchauffement climatique, modifiant le comportement du jet Stream, pourrait contribuer à accentuer ces situations météorologiques extrêmes.

(1) Notes :

  1. https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/banquise-arctique-rechauffement-arctique-fait-craindre-secheresses-latitudes-moyennes-50968/
  2. https://www.nature.com/articles/srep45242
  3. https://global-climat.com/2017/03/29/un-jet-stream-bloque-favorise-canicules-et-inondations/

actualité météo

Vidéos météo

* 3201 : numéro court de prévisions pour la France accessible depuis la France - 2,99€ par appel ** 0899 70 12 34 : numéro de prévisions pour la France et le Monde accessible depuis la France - 2,99€ par appel
Français