France : les seuils de canicule seront-ils atteints?

Regis CREPET
Par Regis CREPET, Météorologue
Si la vague de chaleur est désormais confirmée sur la France à partir de ce week-end, il convient de revenir sur la terminologie
Si la vague de chaleur est désormais confirmée sur la France à partir de ce week-end, il convient de revenir sur la terminologie d'une canicule. En effet, des critères bien particuliers, sanitaires et météorologiques, entrent en compte. Quels sont les risque pour les jours à venir?


Alors que les chaleurs actuelles sont durables mais sans réel excès, les températures vont s'élever d'un cran supplémentaire dès dimanche dans le sud-ouest et lundi sur la moitié nord. Avec une hausse supplémentaire de 3 à 4°C par rapport à ce que nous connaissons actuellement, les valeurs atteindront alors les niveaux caniculaires.


De 32° à 36° en moyenne, jusqu'à 40°C

En résumé, une canicule se définit par la persistance d'au moins 3 jours et 3 nuits consécutifs de très fortes chaleurs, pouvant conduire à des incidents de santé plus ou moins graves. C'est pourquoi les seuils d'une canicule varient d'un département à l'autre : cela tient compte de l'effet de chaleur urbain, ou de l'effet temporisant du bord de mer et de l'altitude par exemple; ainsi que du climat régional : ainsi à Lille, on parle de chaleur caniculaire lorsqu'il fait au moins 33°C trois jours d'affilé, alors qu'il s'agit de 36°C à Toulouse. A Paris, le seuil diurne est moins élevé (31°C) car la nuit reste plus chaude (21°), ce qui ne permet pas à l'organisme de récupérer de la chaleur de la journée.


La semaine prochaine, on pourra parler de températures caniculaires de dimanche à jeudi du sud-ouest au centre-est, et de lundi à mercredi soir (ou jeudi) pour les régions du Centre-Ouest et du bassin parisien. La fin de ces très fortes chaleurs sera marquée par une offensive orageuse violente à partir de mercredi soir et surtout jeudi. Il pourra faire jusqu'à 35° à Paris et 39° à Auch, sachant que ponctuellement, la barre des 40°C sera atteinte.


Cette situation n'est pas rarissime, et les records ne seront certainement pas atteints ni battus : les mois de juillet 2006 et 2003 avaient été encore plus chauds. Mais les nuits resteront très douces, et même chaudes dans les grandes villes (Toulouse, Lyon, Paris...), ce qui pourra rendre cet épisode pénible à supporter. D'autant plus que cette vague de chaleur intervient après plus de 15 jours de chaleur ininterrompue, notamment pour les régions du sud de la France.


actualité météo

Vidéos météo

* 3201 : numéro court de prévisions pour la France accessible depuis la France - 2,99€ par appel ** 0899 70 12 34 : numéro de prévisions pour la France et le Monde accessible depuis la France - 2,99€ par appel
Français