Prévisions saisonnières pour la suite de l'hiver et le printemps

Regis CREPET
Par Regis CREPET, Météorologue
L'actualisation des prévisions saisonnières est valable pour la suite de l'hiver et le printemps en France métropolitaine et en Europe (trimestre février, mars et avril). Ces prévisions mettent en évidence une tendance à long terme avec des températures légèrement supérieures aux moyennes (+0,5°C) et des précipitations globalement de saison, parfois un peu déficitaires.

Ces prévisions saisonnières, actualisées le 8 janvier, concernent le trimestre février, mars et avril. Notons que le mois de janvier semble s'annoncer plus froid que prévu initialement, pouvant présenter, au final, une anomalie négative de l'ordre de -0,5°C. La tendance pour le reste de l’hiver semble plus fiable avec des températures qui resteront globalement légèrement supérieures aux moyennes mais avec une grande variabilité, et des précipitations là aussi à peu près dans les normes de saison, voire même légèrement inférieures notamment dans le sud. En montagne, la suite de la saison s’annonce à priori moins propice aux fortes chutes de neige à basse altitude en février avant de retrouver des conditions plus hivernales en mars. Le printemps ne semble pas présenter à ce jour d'anomalie particulière dans sa globalité.

A noter également que les effets de la Nina, en cours dans l'océan Pacifique, restent très aléatoires en Europe. Cela a pu expliquer le changement de régime météorologique en janvier avec des températures plus basses que prévu. 

Situation générale pour la France métropolitaine

Prévisions Saisonnières
Crédit : La Chaîne Météo

Le mois de janvier a été marqué notamment par une première quinzaine durablement assez froide, tirant la moyenne vers le bas. Le mois de février devrait renouer avec un flux majoritairement orienté au sud-ouest, sous l'effet de hautes pressions situées sur l'Europe du sud-est. Cette configuration peut entraîner de la douceur assez sèche dans le sud de la France : tout dépendra de la proximité ou non des perturbations océaniques. Le mois de mars, quant à lui, s'annonce à nouveau frais, possiblement légèrement inférieur aux moyennes de saison, avec des précipitations de saison voire légèrement supérieures.

Rappelons enfin que cette tendance n'est pas figée : au sein de ces trois mois, il est bien évident que des épisodes perturbés, plus froids et plus doux se produiront, ce que l'on appelle des "épiphénomènes", mais ne seraient pas la caractéristique majoritaire du trimestre. Les prévisions saisonnières indiquent le scénario qui semble majoritaire pour un mois entier.

Prévisions saisonnières février

Le mois de février présente une meilleure fiabilité que le mois de janvier car la plupart des modèles numériques tendent vers une même tendance : à savoir une météo assez douce pour la saison sur l'hexagone, avec un flux qui serait orienté majoritairement à l'ouest-sud-ouest, synonyme du retour des perturbations atlantiques. Mais les hautes pressions semblent devoir résister sur l'Europe centrale et du sud-est, pouvant éventuellement freiner le retour de ces perturbations sur l’est de la France, avec des précipitations qui seraient alors dans les normales voire inférieures dans le sud de la France. Dans ce flux de sud-ouest, les températures seront plus douces que les moyennes de l’ordre de +1°C à +1,5°C. Indiquons cependant que certains modèles numériques envisagent un mois de février avec des températures de saison, ce qui minimiserait la tendance douce décrite ci-dessus.

Prévisions saisonnières mars

Avec toutes les réserves qu'il convient d'apporter à cette échéance, la configuration météorologique serait plus anticyclonique sur le nord de l'Europe et plus dépressionnaire vers l'Espagne. Dans ce cas de figure, les perturbations circuleraient davantage vers la Méditerranée, apportant alors plus de précipitations (pluie en plaine et neige en montagne) dans le sud de la France. Ainsi, le mois de mars s'annonce bien de saison, c'est à dire frais et humide : on peut y voir la signature des giboulées dans un flux souvent orienté au nord, avec possiblement de la neige à basse altitude. 

Prévisions saisonnières avril

Nos prévisions ne décèlent pas d'anomalie particulière pour le mois d'avril : la configuration synoptique serait assez habituelle pour la saison, ni dépressionnaire ni anticyclonique, engendrant un temps de saison classique. Ce type de temps de "marais barométrique" pourrait générer sur la France un temps variable, plutôt doux avec des ondées pouvant déjà prendre un caractère orageux.

En conclusion, le signal global pour l'hiver semble devoir être plutôt la douceur, même si le mois de janvier a montré de forts changements par rapport à la prévision d'origine. La Nina vient peut-être perturber le comportement des modèles saisonniers. Il n'ya a pas de scénario prédominant pour le printemps, qui s'annonce " de saison" à ce jour.

Au total, les températures moyennes de l’hiver sur l’hexagone semblent devoir rester légèrement supérieures aux moyennes de saison, de l’ordre de +0,5°C, mais l'anomalie n'est pas très nette, ce qui laisse une marge d'écart non négligeable.

actualité météo

Vidéos météo

* 3201 : numéro court de prévisions pour la France accessible depuis la France - 2,99€ par appel ** 0899 70 12 34 : numéro de prévisions pour la France et le Monde accessible depuis la France - 2,99€ par appel
Français